Accueil > Pédagogie > Enseignement secondaire > Arts & EPS > Option Théâtre > Blog des élèves de l’Option Théâtre > Mise en scène des personnages de « Funérailles d’Hiver » dans leurs costumes (...)

Mise en scène des personnages de « Funérailles d’Hiver » dans leurs costumes respectifs

« Mourir passe encore, mais pourquoi la veille du mariage ? »

Telle est la pensée rationnelle qui irrite les personnages d’Hanokh Levin. La tante Alté vient de mourir, et puisse-t-elle reposer en paix et en bonne santé au paradis, elle doit toutefois payer pour le délit qu’elle a commis. Car oui, personne ne vient annuler le mariage de Vélvétsia et de Popotshenko, comme ça, en débarquant chez eux en plein milieu de la nuit. Et pourtant, c’est ce que le cousin Latshek ne se privera pas de faire. De la bonne couette toute chaude au froid glacial de l’Himalaya, en passant par la plage pluvieuse et ventée, les personnages devront constamment se retrouver en déplacement s’ils veulent échapper aux griffes du cousin et de sa mère la défunte. Les changements de décors et d’environnements constants mènent alors à de multiples variantes de costumes à travers le temps...

Le personnage de Shratzia :

Shratzia apparaît dans la deuxième scène comme étant la mère de la famille de la mariée. Égoïste, cruelle et scrupuleuse envers son cousin Latshek et la mort de sa tante, elle se révèle néanmoins paradoxale par l’attention et l’affection qu’elle porte à son mari et à sa fille. Elle veut se donner l’image d’un modèle pour sa famille.

C’est pourquoi, le pyjama qu’elle abhorre reste sobre et confortable dans son ensemble. Ensemble composé d’un chignon, d’un peignoir rose, d’un chemisier blanc, d’un pantalon violet et de chaussettes grises qui remontent par dessus le pantalon. Les couleurs rose et violette de sa tenue permettent de se concorder avec le bleu et le rose de Rashèss et de Vélvétsia (voir plus bas).

Lors de la troisième scène, Shratzia décidera de mettre un gros manteau noir et un foulard violet en addition, afin de se protéger contre la pluie et le froid.

Le personnage de Rashèss :

Stupide. Abruti. Troublé. Rashèss. Vous l’aurez compris, il est trop idiot pour se vêtir correctement : Shratzia se charge de lui trouver des habits, de les acheter et de l’habiller. Sa tenue ne réfléchit donc pas forcément sa personnalité (déjà car ses traits de caractères ne sont pas correctement définis) : c’est comment Shratzia s’habillerais si elle était un homme.

Un pyjama blanc cassé avec des tâches informes bleuâtres, un peignoir à rayures sobres, formant un ensemble hideux. Shratzia porte la culotte du couple, dictant chaque fait et geste, que Rashèss s’empresse d’exécuter, malgré ses capacités intellectuelles limitées. Il porte également très souvent un carnet sur lui pour combler ses trous de mémoire et son manque intellectuel et se rappeler de toutes les choses que Shratzia lui dit.

Rashèss et Shratzia : Tableau 3 - Le pique nique sur la plage

SHRATZIA. - Dans dix ans, croyez-moi, ce sera devenu une aventure. « Vous vous souvenez quand on s’est retrouvés là-bas, sur la plage, en pleine nuit, sous la pluie...? » Oui, oui, tout ça nous fera de magnifiques souvenirs.

Le personnage de Vélvétsia :

Vélvétsia est un personnage immature, qui reste dans son monde, ne comprenant que rarement ce qu’il se passe autour d’elle et a des yeux seulement pour son futur mari Popotshenko.

Comme pour tous les autres personnages, Vélvétsia est en pyjama du début jusqu’à l’avant dernière scène. Elle porte un pantalon rose clair à petits pois blancs avec un débardeur rose vif assez léger, orné de petites perles. Lorsqu’elle se trouve dans la scène 3, Velvetsia porte une écharpe à motifs roses autour de ses bras. Nous avons tenu à ce qu’elle porte uniquement du rose afin d’insister sur son côté immature, enfantin et léger.

Le personnage de Popotshenko :

Dans la pièce, ce personnage incarne l’amour fou et, parallèlement, la nonchalance lorsqu’il est loin de sa bien-aimée. Il ne supporte pas beaucoup être loin d’elle, et quand il n’est pas réfugié dans les jupons de sa mère ou dans les bras de sa douce, il ne pense qu’à Vélvétsia puisque la vie ne fait sens qu’avec elle.

Assez distrait, il se fait habiller par sa mère ou par sa fiancée puisqu’il n’a pas vraiment de goût. Ci-dessus, en pyjama, c’est lui qui s’est « habillé » : la tenue reflète son insouciance, son irresponsabilité et son inadvertance.

Poptshenko et Vélvétsia : Tableau 2 - Derrière la porte

Popotshenko, qui a cherché dans la pénombre la main de Vélvétsia, la trouve enfin. Il la caresse tendrement.
POPOTSHENKO. - Vélvétsia.
VELVETSIA - Popotshenko.
SHRATZIA - Ils ne pensent qu’à leur amour, un amour si pur, si absolu ! Pourquoi seraient-ils concernés par nos calculs politiques ?

Le personnage de Tsitskéva :

C’est un personnage plutôt hautain et assez direct, jusqu’à voir même désagréable. Elle essaye par tous les moyens de montrer que c’est une femme importante et qu’elle vient d’une classe sociale aisée, alors qu’à travers sa manière de parler, nous pouvons rapidement voir que ce n’est pas le cas.

Les premières scènes se déroulent dans l’appartement de la famille de Shratzia, au milieu de la nuit, et les deux familles s’enfuient pour échapper à Latshek, qui veut leur annoncer une terrible nouvelle.

Pratiquement tout les personnages sont en pyjamas et ceci jusqu’à l’avant dernière scène de la pièce. Nous avons donc eu l’idée de représenter Tsitskéva dans un pyjama plutôt basique, un T-shirt blanc et un pantalon à carreaux rouges accompagnés d’un peignoir gris à petits pois blancs, ainsi que des bigoudis emmêlés dans les cheveux et une écharpe orange et noire. Cette simplicité au niveau des couleurs ainsi que les formes des vêtements a été choisie dans le but de renverser l’image que Tsitskéva veut se donner. Le peignoir a aussi été choisi pour la scène 3 et 4, puisque les personnages se trouvent à un moment donné sur une plage face au froid, à la pluie et au vent ainsi que dans une montagne, tous dans la neige.

Le personnage de Latshek :

Emotif, déterminé, et très attaché à sa mère, il ira même jusqu’en Himalaya pour aller retrouver ses cousins. Mais ce sont finalement eux qui auront le dernier mot sur lui, jouant avec ses faiblesses et sa fragilité durant les dernières scènes.

C’est alors autour de ce peu de confiance en lui que s’interprétera le choix de ses vêtements. Le port d’un gros pull rouge vif, d’un jogging bleu foncé et d’une écharpe bleu montre des habits assez amples et simples, afin d’appuyer sur la fatigue qu’il a accumulée pendant la journée et son aspect assez enfantin.

... Tout ce qu’il veut c’est la reconnaissance de la mort de sa mère...

Latshek et Tsitiskéva : Tableau 2 - Derrière la porte

TSITSKEVA. - Dieu seul sait ce qui se passe chez vous, c’est plein de gens pas nets. Pas nets et pas intéressants ! Votre famille m’inquiète drôlement.