Accueil > Pédagogie > Enseignement secondaire > Lettres & langues > Lettres > Variations artistiques autour de Tristan et Iseult

Variations artistiques autour de Tristan et Iseult

par LE BADEZET Philippe

« Seigneurs, vous plaît-il d’entendre un beau conte d’amour et de mort ? C’est de Tristan et d’Iseut la reine. Écoutez comment à grand’joie, à grand deuil ils s’aimèrent, puis en moururent un même jour, lui par elle, elle par lui. »
Ainsi commence le mythe de Tristan et d’Iseult, emportés par la passion.
Les élèves de 5e B vous proposent quelques regards artistiques sur ce récit d’amour et de mort.

Gia Linh et Phuong Anh
Les tombeaux de Tristan et Iseut entourés par un espace sinistre et funeste représentent bien la mort des deux amants. La ronce recouverte de roses odorantes exprime la magie. Elle montre aussi l’amour inséparable du couple. Les couleurs sombres qui entourent les tombeaux leur donnent de la valeur. Les deux étoiles dans le ciel représentent l’amour éternel de Tristan et Iseut. La substance rouge qui sort de la rose désigne le sang. Cela exprime les malheurs qu’ils ont vécus pour se réunir. Nous nous sommes inspirés de l’extrait du livre Tristan et Iseult : « Quand le roi Marc apprit la mort des amants, il franchit la mer et, venu en Bretagne, fit ouvrer deux cercueils, l’un de calcédoine pour Iseult, l’autre de béryl pour Tristan. Il emporta sur sa nef vers Tintagel leurs corps aimés. Auprès d’une chapelle, à gauche et à droite de l’abside, il les ensevelit en deux tombeaux. Mais pendant la nuit, de la tombe de Tristan jaillit une ronce verte et feuillue, aux forts rameaux, aux fleurs odorantes, qui, s’élevant par-dessus la chapelle, s’enfonça dans la tombe d’Iseult. »

Nil et Minh Tam
Nous avons choisi de représenter ces deux personnages en mosaïques car nous croyons que de cette manière, l’œuvre peut être immortalisée dans la pierre.
Portrait d’Iseult la Blonde
Nous avons choisi cette image car le titre du chapitre 3 « La quête de la Belle aux Cheveux d’or » montre qu’Iseult est belle et a des cheveux blonds comme de l’or.
Portrait de Tristan
Quand le Morholt demande à Tristan « pourquoi, n’as-tu pas amarré ta barque comme j’ai fait de la mienne ? » (extrait de Tristan et Iseut), il répond « à quoi bon ? Pour emmener le vaincu mort ou blessé à mort une seule barque suffira au vainqueur ! », cela montre le courage et la détermination de Tristan ; il possède donc un regard perçant et hostile.
Le paragraphe « l’épée de Tristan heurte avec une telle violence le heaume du géant que la lame tranche le métal et s’enfonce dans le crâne » montre la force de Tristan.


My Lan et Paula Ly
Tout d’abord on voit le couple sur les deux extrémités. On distingue facilement Iseut de Tristan car elle possède de magnifiques cheveux d’or. Des larmes coulent sur leurs joues, elles évoquent la tristesse et la souffrance qu’on dut surpasser les deux amants pour enfin se réunir.
Entre les deux personnages, on voit le roi Marc qui les pousse pour les séparer. Il est vêtu de violet couleur du maléfice. De ses mains il sépare également le cœur des amants qui n’est en fait qu’un seul et même cœur. Ce dernier est rouge de sang.
Le personnage du roi Marc se tient debout sur la coupe contenant le philtre. Celle-ci représente une tête de mort car ce n’est pas que l’amour que les amants boivent mais aussi la mort.
Le fond sombre fait allusion à la mort qui traque Tristan et Iseut.

Elodie et Ha Linh
Nous avons choisi de dessiner car nous pensons que les couleurs expriment mieux les émotions de l’histoire. Le couple est représenté au milieu du dessin : ils se regardent. Autour d’eux on voit une couleur claire car cela montre qu’ils sont heureux ensemble. Le symbole de l’éternité représente leur amour courtois et éternel. La ronce représente celle qui dans le livre s’est enfoncée dans les tombes des deux amants. Le passage « Quand le roi Marc apprit la mort des amants, il franchit la mer et, venu en Bretagne, fit ouvrer deux cercueils, l’un de calcédoine pour Iseult, l’autre de béryl pour Tristan. Il emporta sur sa nef vers Tintagel leurs corps aimés. Auprès d’une chapelle, à gauche et à droite de l’abside, il les ensevelit en deux tombeaux. Mais pendant la nuit, de la tombe de Tristan jaillit une ronce verte et feuillue, aux forts rameaux, aux fleurs odorantes, qui, s’élevant par-dessus la chapelle, s’enfonça dans la tombe d’Iseult. » est l’extrait du livre qui nous a inspirées pour dessiner ceci.

Phuong et Trang
Nous avons choisi de dessiner car on peut exprimer moult sentiments dans un dessin. Il s’agit d’un dessin qui représente l’amour de Tristan et Iseut. Nous sommes inspirés par une lithographie de Tristan et Iseut dans le manuel.
Tristan et Iseut se situent au centre du dessin au milieu de la nuit.
Au premier plan, on voit ici que la ronce montre la mort à travers ses épines mais les fleurs montrent l’amour éternel de Tristan et Iseut. La ronce borde ce dessin comme pour les protéger mais aussi les faire souffrir.
Au deuxième plan, Tristan embrasse Iseut. Les amoureux sont joyeux et en même temps tristes. Leur couple sait que le danger approche mais ne peut rien faire.
Au dernier plan, on constate que leur couple se situe au milieu de la nuit, la couleur noire indique le danger qui règne autour d’eux et la lune symbolise la mort, seulement sa couleur brille dans la nuit car elle montre aussi l’amour éternel de Tristan et Iseut.

Martin et Andréas
Pour composer notre poème, nous nous sommes inspirés du chapitre 4 « Le Philtre », dans lequel Tristan et Iseut boivent le philtre magique et ressentent beaucoup d’effets, ainsi que du dernier chapitre, lorsque les amants meurent, détruits par l’amour et emportés par la mort.
Dans ce poème, nous représentons Tristan et Iseult se plaignant de leur sort et ressentant d’effroyables sensations, causées par l’amour et la mort et donnant une image de leur destin fatal auquel ils sont contraints de se joindre.

O Tristan, mon cœur s’enhardit
Comme une ronce vivace
Qui hante soudain mon cœur et me dit
Que notre amitié trépasse.
En laissant à sa place l’amour
Qui, ravageant nos esprits, nous laissant
Face à un profond et large désastre,
Et qui nous fait périr effroyablement
Par un lien profond comme dans une castre
Nous obligeant à ne pas influencer notre serment.

O Iseult, notre amour décadent
Rend le lien qui nous unit imbrisable
Mais nous ne pouvons rien cependant
Ce qui fait de nous des êtres méprisables,
Nous qui sommes maintenant voués
A un destin mortel.
Alors nous mourrons aimés l’un de l’autre
Et quitterons notre belle vie oubliée,
Et serons ensemble jamais.