Accueil > Pédagogie > Enseignement secondaire > Arts & EPS > Option Théâtre > Blog des élèves de l’Option Théâtre > « Toc,toc, toc » Qui est là ?

« Toc,toc, toc » Qui est là ?

par Bocquet Morgane

Au théâtre comme dans beaucoup de situations auxquelles nous devons parfois faire face, il arrive que l’on ne soit pas du tout préparé à réagir. Notre capacité à nous adapter est alors d’une grande aide non seulement pour sortir du pétrin mais aussi pour arriver à en profiter habilement. Il faut donc improviser tout en anticipant ses prochaines initiatives et en maîtrisant le jeu.

En parlant de jeu, n’y a-t-il pas des exercices qui s’appuient principalement sur l’improvisation ? Notre routine quotidienne offre par exemple bien des opportunités comme quand on lance une vanne à son voisin en classe. Vous savez ? Celle que vous trouviez excellente sur le moment alors qu’elle ne l’était pas du tout ? S’améliorer devient alors impératif, en solitaire ou même à plusieurs - car c’est généralement plus intéressant -, prenons un exemple .

Imaginez une salle dans laquelle son « résident » se trouve. Cette personne n’improvise rien pour l’instant, elle « ne joue aucun personnage ». Tout ce dont elle a à faire, c’est d’ouvrir une des 4 portes qui se trouvent sur chacun des quatre murs qui l’entourent. Derrière chacune de ces portes se trouve une file d’intervenants. Une fois la porte ouverte, le premier de la file va commencer à inventer une scène et c’est au « résident » d’improviser avec lui en jouant un personnage. Une scène ne doit pas excéder les 3 minutes pour que le jeu ne perde pas de son dynamisme. À la fin, le « résident » doit sortir de la salle par la même porte et l’intervenant devient par conséquent le nouveau « résident ». Ce dernier décide de la porte à ouvrir et nous voilà partis de nouveau pour une nouvelle séance d’improvisation !

Bien sûr, un exercice sur l’improvisation a le mérite d’être modulable afin que tous puissent y trouver leur compte : de nouvelles consignes à respecter, des objectifs précis, et pourquoi pas des paris (ex : vis-à-vis de la façon dont vous pourriez finir une scène) ? Cependant, il est capital de participer dans la mesure la plus juste possible pour réellement bénéficier de l’exercice. À moins que le personnage que l’on joue contraigne la personne à se soumettre au jeu de l’autre où à manifester un ennui à peine caché, et vice-versa, il faut essayer d’équilibrer les forces. La présence est l’atout le plus important dont on doit disposer, ce qui signifie que parler n’est pas nécessaire et qu’il suffit d’exister, d’être sur scène. En outre, le respect du jeu de l’autre correspond à un critère de plus qui permet à tout le monde d’en apprendre davantage et de s’amuser.

Citons plusieurs commentaires plus ou moins pertinents :

« Cet exercice d’improvisation, pour ma part, m’a beaucoup plu. Le temps que le deuxième intervenant s’adapte à l’improvisation du premier est très court, puis le jeu devient très vite intéressant et même amusant. Même en étant spectateur, ces petites saynètes font susciter le rire. L’improvisation nous invite ainsi à participer et nous pousse à inventer de nouveaux personnages de plus en plus originaux. »
Morgane

« J’ai trouvé que cet exercice demandait beaucoup de concentration mais j’ai personnellement beaucoup apprécié le fait d’improviser avec une autre personne quelque chose qui nous vient à l’esprit, sur le moment. Il faut tout de même rester attentif pour ne pas refaire une action déjà jouée par un autre intervenant. » Margot