Accueil > Pédagogie > Enseignement primaire > Cycle 1 > GSA > Nos comptines, chansons, poésies et haïkus > Poésies et chanson d’automne

Poésies et chanson d’automne

par JOYAUX-BONNEMAIN Noémie

En septembre sapristi

les vacances sont finies…

Pour les grands et les petits,

qui peint, qui coupe et qui colle ?

Qui danse la farandole ?

C’est la maîtresse d’école !

............................................................................................................................

Vole Haut
https://www.youtube.com/watch?v=EtY...

En allant à l’école, j’ai rencontré le vent. (Bis)
Il m’a dit : "Tête folle, tu vas bien lentement.
Si ton bonnet s’envole, tes idées sont dedans.

REFRAIN :
J’irais pas à l’école, vole, vole, vole haut,
J’irais pas à l’école si j’étais un oiseau. (Bis)

En allant à l’école, j’ai rencontré la pluie. (Bis)
Elle m’a dit : "Tête folle, mets-toi vite à l’abri.
J’ai tracé des rigoles jusqu’au pied de ton lit."

J’irais pas à l’école, vole, vole, vole haut,
J’irais pas à l’école si j’étais un oiseau. (Bis)

En allant à l’école, j’ai rencontré le froid. (Bis)
Il m’a dit : "Tête folle, tu souffles dans tes doigts.
Fais donc des cabrioles, ça, te réchauffera."

J’irais pas à l’école, vole, vole, vole haut,
J’irais pas à l’école si j’étais un oiseau. (Bis)

En allant à l’école, j’ai rencontré l’oiseau. (Bis)
Il m’a dit : "Tête folle, pour m’envoler si haut,
J’ l’ai appris à l’école, dessus le grand ormeau."

Oui, j’irais à l’école, vole, vole, vole haut,
Oui, j’irais à l’école si j’étais un oiseau.
Oui, j’irais à l’école, vole, vole, vole haut,
Oui, j’irais à l’école, à l’école des oiseaux.

Anne Sylvestre

............................................................................................................................

Un piment.
Offrez-lui des ailes :
une libellule rouge.

Une coccinelle
tourne tout autour de mon doigt.
Petite bague chatouilleuse.

............................................................................................................................

En octobre

il fait déjà froid.

Les hirondelles quittent les toits,

les champignons se montrent du doigt,

les feuilles mortes crissent sous les pas

et me disent tout bas :

l’automne est là !

............................................................................................................................

En novembre,

le ciel est gris :

gris souris, gris tapis !

Les volets grincent dans le vent :

Bataclan ! Bataclan !

Moi, je patauge dans les flaques :

Flic flac ! flic flac !

............................................................................................................................