Accueil > Pédagogie > Enseignement secondaire > Arts & EPS > Option Théâtre > Blog des élèves de l’Option Théâtre > Les marionnettes sur l’eau, un spectacle né des rizières inondées

Les marionnettes sur l’eau, un spectacle né des rizières inondées


Cette année, l’Option a pour sujet la Comédie. Or, nous vivons tous au Vietnam, où la culture est très riche, et où le múa rối nước occupe une grande partie de la comédie traditionnelle, dite folklorique. Littéralement, múa signifie danse, rối, marionnette et nước, eau ; les poupées en bois sculptées à la main et les dragons colorés donnent vie aux légendes locales. Le spectacle est entièrement joué en vietnamien mais l’histoire racontée par les marionnettes sur fond musical est compréhensible par tous - cela rend ce théâtre une expérience culturelle attractive pour vietnamiens et étrangers.

Né de la civilisation du riz aquatique au delta du fleuve Rouge du Nord Vietnam, cet art reste unique, différente des types de marionnettes existant auparavant dans d’autres cultures à travers le monde.
La marionnette, sculptée dans le bois, est fixée à une base de bois qui tient lieu de flotteur. Elle est actionnée à l’aide d’une longue perche de bambou horizontale qui peut mesurer jusqu’à dix mètres. Certaines marionnettes possèdent un système de fils permettant une articulation plus complexe. Les manipulateurs sont dans l’eau jusqu’au torse, cachés par un rideau de bambou, souvent dans une sorte de petit bâtiment de pierre construit au milieu de l’eau. Les plans d’eau naturels (étangs, mares) servent de scène, appelé ‘Thuy Dinh’. Les marionnettistes, pataugeant dans l’eau et cachés derrière un rideau de bambou, manipulent leurs marionnettes avec des tiges de bambous et ficelles, ce qui crée un espace à la fois mystérieux et proche des spectateurs. L’aspect visuel de spectacle joue un rôle important, la musique passent donc au second plan. Les textes, souvent en langage populaire, sont rarement “littéraires”, mais toujours présenté en vers, en prose ; groupés en octosyllabes ou hectosyllabes.

Les marionnettes sur l’eau sont un spectacle proche de la comédie. Ses scènes sont étroitement inspirées d’une part des travaux quotidiens de la campagne vietnamienne : labourage, hersage, repiquage, pacage de buffles, pêche de crevettes ou de poissons, jeux populaires comme balançoire, chant et danse après une récolte abondante..., et des paysages ruraux.. D’autre part, des legendes locales. C’est donc toute l’âme de la rizière vietnamienne qui s’exprime avec ses personnages, traditions, rituels, animaux, et dieux divers. Ils dépictent donc des personnages de la classe populaire, comparable aux valets des pièces de Molière. Ces personnages ont toujours des roles comiques qui se traduisent de différentes facons : le comique de geste (la farce), le comique des mots (ex : phrases absurdes, interférence, insultes), et le comique de caractère. Mais il est peut aussi être comique par son language. Similaire à la comédie des masques, le théâtre de marionnette reprend certains personnages typiques d’oeuvre en oeuvre, en gardant leurs caractères, fonctions, traits etc - tel une troupe italienne, la seule différence étant les « comédiens marionnettes ».

Le personnage le plus représenté, meneur de jeu, est nommé le TẾU, jeune paysan au corps arrondi et sourire optimiste ; l’on peut assimiler au fameux Arlequin. Indispensable au déroulement de la pièce, il est considéré comme animateur, comme représentant du village racontant les affaires de cette dernière.

C’est en s’inspirant des épouvantails qui effraient les oiseaux et les rats qui détruisaient les récoltes, ou de la coutume de pratiquer la riziculture sur des champs inondés du delta du Fleuve Rouge que les ‘artisans-paysans’ ont inventé les marionnettes sur l’eau. Les morceaux de bois qui restaient après la construction de maisons ou de charrues, de herses servaient à tailler les marionnettes. Les ficelles servant à préparer les filets de pêche étaient utilisées pour manipuler les marionnettes à travers des tubes de bambou, de roseaux. Grâce à leur esprit créatif, les ‘paysans-artisans’ ont su créer, à partir de matériaux disponibles typiquement campagnard, un art à part entière.

Les meilleures troupes de marionnettes ont leurs propres secrets pour faire suivre leurs spectateurs. Certaines utilisent des pétard dans l’eau et font cracher de la bouche du dragon du feu ; d’autres utilisent un système de chaînes et de roues libres pour faire sauter les poupées sur le dos des buffles, ou bien au-dessus de la surface de l’eau.
Elles ont été reconnues mondialement, et ont également effectué des tournées en Europe aussi bien qu’en Amérique, recevant un accueil enthousiaste de la part des spectateurs ; figurant dans de nombreuses festivals à l’étranger.
Cependant, les représentations ne sont plus exclusivement “campagnard” mais sont pratiqués de nos jours sur scène moderne, dans de différents théâtres notamment celui de Thang Long ou du bassin dans le Musée d’Ethnographie du Vietnam.

Aujourd’hui, le théâtre de marionnettes sur l’eau de Thang Long, dont les poupées en bois laquées sont connues dans le monde entier, est l’un des rares théâtres traditionnels encore en activité.
La pièce joyeuse et entrainante est un mélange d’humanisme ainsi que d’humour ; la vie pénible des paysans ne les découragent pas, au contraire, leur joie de vivre, leur sourire optimiste n’ont jamais été privés. D’ailleurs, une atmosphère de fête est toujours omniprésente.
Cette comédie vietnamienne possède des caractéristiques similaires avec celle de l’Europe traditionnelle, mais elle en est particulière dans son sens. Cet art séduit tout le monde, et en particulier les enfants.

Au moment ou le gòng, le mõ et le thanh retentissent, les rideaux se lèvent, le spectacle commence et aucun oeil ne se détache de scène.

Sources photos : expedia.fr et Aaron Joel