Accueil > Vie Scolaire > Lettres et langues > Alexandrins > Le 5e régiment à la défense sur le cyber front

Le 5e régiment à la défense sur le cyber front

Le Monde

Il est parfois important de faire une pause au milieu du tumulte de la technologie moderne, et d’essayer de voir les problèmes à travers les yeux de la future génération.

Avec l’utilisation permanente des nouvelles technologies de communication, la violence peut se retrouver sur Internet. On parle alors de cyber-harcèlement.

La victime perçoit le cyber-harcèlement comme pire que le « classique » (dans la cour de récréation, dans la rue…), surtout si le harceleur reste anonyme. Dans les deux cas, les victimes peuvent connaître des situations graves. Elles ont peur et deviennent dépressives.

« Je ne me serais pas suicidé […], la mort est une solution permanente à un problème temporaire. »
« J’aurais prévenu mes pa-rents et la police. » (Céline)

Tel était le profil de la plupart des réponses des élèves de 5e B à la question suivante : Que feriez-vous dans le cas d’Amanda Todd ?

Celle-ci était une adolescente canadienne qui s’est suicidée en 2012, à la suite de trois années de cyber harcèlement et bien qu’elle ait suivi une psychothérapie et ait été hospitalisée Elle a posté quelques mois avant son décès une vidéo sur YouTube racontant ce qu’elle a vécu. Le mois dernier, un homme néerlandais soupçonné du harcèlement d’Amanda a été interpellé aux Pays-Bas.

Capture d’écran de la vidéo sur YouTube
AmandaToddVideo.jpg

D’après les réponses, la plupart des élèves ont conscience de la gravité du suicide et pensent qu’ils n’auront jamais recours à la mort. « Je ne vais pas me suicider, je vais vivre comme je suis. » (Praneuf Minh H). De leurs réponses se dégage très souvent une grande confiance en soi. Chez plusieurs, celle-ci parait presque inébranlable : « Si cette fille s’est suicidée, ça prouve malheureuse-ment qu’elle n’était pas assez courageuse. » (Thien) ou « Le suicide n’est pas nécessaire et ne le sera jamais […], Le harceleur ne connaîtra rien sur moi et rien ne pourra m’offenser. » Enfin, presque tous se réfèrent à leurs proches, ou la police, ou le CPE CPE Conseiller Principal d’Éducation pour leur venir en aide. Théoriquement, les 5es ont bien en tête ce qu’il faudrait faire, et parlent même de « retrouver » le harceleur et de « lutter » contre lui. « Peut-être qu’une partie de cette situation est la faute d’Amanda ? »

Quoique toute la classe ne connaisse pas toute la portée de la situation de cette jeune fille, certains élèves ont sim-plement oublié le fait que si l’adolescente a reçu un traitement psychologique et qu’elle a changé d’école plusieurs fois, cela signifie que ses parents connaissaient le problème. Ces réponses soulignent-elles notre impuis-sance à tous, si nous étions vraiment sous pression ? D’autant plus que trois personnes ont suggéré de déménager dans un autre pays ou de ne plus aller à l’école…

D’autre part, un élève qui souhaite rester anonyme dans le lycée a été cyber harcelé. « Je jouais sur un site. Et puis un jour, on a hacké mon compte. Cette personne commença à insulter les modérateurs, alors ils me bannirent. J’ai ressenti de la haine envers le hacker, je sentais que ceci était injuste puisque je n’avais rien fait et ensuite de l’acceptation. », confie-t-il.

C’est pourquoi les 5es vous invitent à agir avant qu’il ne soit trop tard.
40% des élèves déclarent avoir été victimes d’une agression en ligne ; 26% des situations traitées en 2012 par le numéro vert national en France pour la protection des mineurs sur Internet concernaient le cyber-harcèlement.

On peut retrouver le cyber-harcèlement sous de nombreuses formes : intimidations, insultes, moqueries, menaces en ligne, propagation de rumeur, piratage de comptes, usurpation d’identité digitale, création d’un sujet de discussion, d’un groupe ou d’une page sur un réseau social à l’encontre d’un camarade de classe, publication d’une photo ou d’une vidéo de la victime en mauvaise posture, etc.

Comment éviter le cyber-harcèlement ?

Premièrement, ne donne jamais des informations confidentielles, telles que ton mot de passe, ton adresse ou ton numéro de téléphone. Ne donne pas de renseignements concernant quelqu’un d’autre si tu n’aimes pas qu’on donne tes informations confidentielles. Sois prudent avant d’allumer ta webcam. La personne de l’autre côté peut prendre des photos ou filmer sans ta permission et afficher le tout en ligne.

Deuxièmement, n’ouvre ni ne télécharge aucun mail ni aucune pièce attachée provenant d’un inconnu. Ne réagis jamais à des spams ou à du courrier en chaine. Ne transfère pas l’adresse email d’un ami. Tu ne sais pas ce que ton destinataire a l’intention d’en faire. Accepte seulement des personnes que tu connais sur ta liste de contact sur les réseaux sociaux.

Pour résumer, agis sur Internet de la même façon que tu agirais dans la vie réelle. Reste poli en toute circonstance et n’envoie pas de message qui pourrait blesser. Ce qui t’amuse peut ne pas du tout faire rire les autres et peut les affecter négativement.

Si tu es victime du cyber-harcèlement :

Ne reste pas seul avec ce problème. Confie-toi à quelqu’un, de préférence un adulte (ex : tes parents, un professeur). Ce qui t’est dit n’est pas à prendre à coeur, ce qui t’arrive n’est pas de ta faute. La joie du harceleur ne sera que plus brève.

Le modérateur du site où on te harcèle peut bloquer le responsable. Tu peux également bloquer la personne toi-même et refuser ses mails indésirables. Si elle persiste, crée une nouvelle adresse mail. Pense éventuellement à fonctionner avec deux adresses, une pour les proches et l’autre pour un cercle de connaissance plus large et pour s’inscrire sur des réseaux sociaux.

Si le harcèlement se prolonge et dans les cas graves, tu peux porter plainte à la police. Tu devras néanmoins être en mesure de fournir des « pièces à conviction ». Apprends à mémoriser une conversation et/ou à faire des captures d’écran de sessions de chat ou de photos indélicates. Préviens tes parents si tu ne l’as pas encore fait. Ils pourront t’accompagner au bureau de police.

Les classes de 5e ont créé des affiches et des films sur le sujet du harcèlement qui se trouvent en ligne.

Source : agircontreleharcelementalecole.gouv.fr ; clicksafe.be

— Nguyen Phuong Thu et Munoz-Ledo Arriaga Emilia Maria —