Accueil > Pédagogie > Enseignement secondaire > Arts & EPS > Option Théâtre > Blog des élèves de l’Option Théâtre > Avant-goût des évènements à suivre

Avant-goût des évènements à suivre

« Le Guide, l’Etranger et la Gamine sont de retour »

par Le Port Brewen Hai

Le jour du spectacle approche et c’est maintenant ou jamais le temps de faire le topo sur notre travail pour étudier les personnages plus en profondeur. Si notre production du trimestre précédant vous a semblé trop élusive, nous étayons justement ci-dessous nos pensées. Elles pourront se révéler complémentaires au texte dans la mesure où elles faciliteront votre compréhension de ce dernier.

Le guide :
Nous avons décidé d’intégrer dans cette scène un personnage qui n’apparaît pas dans l’œuvre de Koltès. Il s’agit du Guide qui accompagne l’Étranger et la Gamine pendant leur voyage en Afrique.

On peut se demander alors : pourquoi conférer un rôle important à un personnage qui n’est pas rattachée à la pièce en réalité ?

La raison est simple : il fallait quelqu’un qui puisse enclencher le dialogue pour commencer l’action. Nous l’avons utilisé afin de présenter d’une façon intéressante les personnages créés par Koltès dans la pièce originale. Sa présence permet de mettre en valeur les caractéristiques essentiels des personnages qui nous paraissent insolites dès les premières répliques, sans avoir à les forcer à trop se dévoiler. En effet, le présence d’un étranger devrait les dissuader de parler ensemble des évènements qui ont eu lieu dans le passé. Surtout que l’on remarque rapidement que la Gamine n’a pas peur de se confier. Le Guide va donc incarner le point de vue du lecteur/spectateur pour qui la situation est relativement inconfortable, comme si c’était la première fois qu’il les découvrait. Comme son métier l’indique, il va guider le lecteur à travers le comportement instable de l’étranger et la naïveté enfantine de la Gamine pour ressortir un peu secoué par l’action.

Logique, sobre et surtout, réel, notre propre personnage est toujours à la recherche des réponses à sa situation problématique. Il se demande qu’est ce qui a bien pu l’amener à accepter d’accompagner deux étrangers sans bagages vers une destination encore inconnue. Ils semblent avoir déjà tout perdu auparavant, et selon lui, ils ne survivraient pas longtemps même s’ils se comptaient les uns sur les autres sans son expertise. A force d’écouter ces deux individus, il sympathise avec eux, pris de compassion pour les brebis égarées qu’ils sont. Le voyage commence avec lui et finit sans lui.

L’étranger :
Pour ceux qui n’ont pas encore saisi, il s’agit de la mascotte de la pièce que vous reconnaîtrez plus tard si vous assistez à notre représentation théâtrale. L’histoire qui l’a mené jusqu’en Afrique reste encore à être expliquée. Pour l’instant, les détails que l’on a fourni tout au long de la scène permettent de cerner d’un peu plus près sa personnalité.

Nous avons essayé de donner une interprétation du personnage fidèle à celle de Koltès. L’ombre lui est salvatrice, car c’est là qu’il peut s’y réfugier pour tomber dans l’oubli. Malheureusement, il est complètement exposé aux maux quotidiens de la vie et ceci provoque chez lui un ressentiment profond. Quand il ne se réfugie pas dans sa carapace, il attaque en premier ce qu’il juge dangereux, surtout pour lui. Il ne voit aucune nécessité dans ses actes de violence car il sait qu’il est fini d’avance. Pourtant, il continue à défier les autres car se soumettre risquerait de lui enlever de toute chance de se faire oublier définitivement. Malmené par ses contradictions. il peut sembler parfois angoissé, parfois récalcitrant, tout dépend de la situation dans laquelle il se trouve.

Dans la scène, il se sent persécuté par la chaleur qui lui fait rappeler que ces souffrances ne font que continuer. Il ne se sent en sécurité nulle part, et préfère écourter sa vie plutôt que d’avoir à avancer vers un futur incertain. Le guide lui reproche cet état d’esprit car il a la charge de la gamine qui vraisemblablement le suivra partout. Il a consenti à venir en Afrique pour elle et pour personne d’autre. Jusqu’à où s’est-il aventuré pour être autant traumatisé par la vie ? La réponse nous attend dans la pièce de Koltès.

La gamine :
L’intérêt de ce personnage réside dans le rôle moteur qu’elle joue dans la vie de Zucco. Malgré le fait qu’elle semble ne pas vraiment saisir ce que les deux autres protagonistes veulent mettre en avant, elle garde néanmoins une détermination sans failles. Elle est décidée d’aller au bout de leur voyage, quelque soient les obstacles rencontrés sur le chemin. C’est cette insouciance qui fascine le Guide et rassure Zucco.

En effet, c’est le regard nouveau qu’elle porte sur ce qui l’entoure qui donne à l’étranger cette impression d’être lavé de tout péché à ses yeux. Elle est persévérante quand elle veut, elle n’a pas peur. Elle veut connaître simplement le bonheur aux côtés de la personne qui l’a tirée d’une vie passée compliquée. Cette simplicité d’esprit, en contraste avec l’esprit torturé de l’étranger, la détache un peu d’un monde à l’image du désert. Sans ombre sous laquelle se réfugier quand on en a le plus besoin. Seul l’étranger peut lui offrir le réconfort qu’elle cherche dans une existence sans but précis.

L’introduire dans la scène a permis à cette dernière d’avoir un dénouement. Elle correspond au dernier maillon qui puisse retenir l’étranger dans son entreprise désespérée de mettre fin à ces jours. Elle parviendra peut-être un jour à comprendre que les montagnes enneigées d’Afrique ne sont qu’une illusion après laquelle ils courent en vain. Même le Kilimandjaro dans 15 ans verra ses neiges sur son sommet fondre à cause du réchauffement climatique. La relation qu’elle partage avec l’étranger est fragile, mais elle se nourrit de leur estime mutuelle et du support qu’ils s’offrent.